Le contrat des éveillés

 

Il existe un contrat tacite des gens endormis qui circulent sur internet, à cette page, que je vous invite à consulter. Ce contrat tacite des gens qui dorment est un contrat que vous signez dès que vous vous soumettez au système. Toutes les fois où vous consentez aux mensonges du monde, vous signez ce pacte et vous participez au manifeste luciférien. Vous devenez implicitement, parce que vous n’avez pas pris position, parce que vous suivez le système, un serviteur de Satan. Il vous faut choisir quelles énergies vous voulez suivre, il vous faut choisir votre position. 

Pour ceux qui choisissent Dieu dans sa Vérité, pour ceux qui choisissent la foi au Christ, je vous propose de reprendre ce contrat et de l’inverser pour qu’il devienne le contrat des gens éveillés, sous entendu des personnes qui sont positionnées dans le Plan de Dieu, des personnes qui doivent vivre dans le monde, mais qui n’appartiennent pas au monde. Faites de ce contrat de bon sens le vôtre, cessez de dormir, il est temps de se lever pour le combat. Peu importe vos croyances, vos convictions politiques ou religieuses, c’est ensemble qu’il faut mener ce combat. Et, je me répète, la foi au Christ n’est pas une religion, mais une Vérité. Il est temps de vous libérez de la religion et d’embrasser la foi. Sortez de la réalité tronquée du système, sortez de l’esclavage du système.

Et pour revenir à la foi, il faut connaître Dieu par sa parole. Faites l’effort de vouloir connaître Dieu en lisant et en réfléchissant sur sa Parole, et non plus en suivant une doctrine religieuse. Alors émergera la véritable Eglise, celle du Christ, voulue par le Christ, qui est présente et qui a toujours été présente et qui est la réunion de personnes qui ont foi, qui oeuvrent ensemble et qui prient ensemble. 

Pour lire le Contrat tacite des gens qui dorment c’est ici. Chaque fois que vous consentez au système, vous signez ce contrat tacite avec le NOM. Je vous propose de rejeter ce contrat afin d’entrer dans le Plan de Dieu.

 

Le contrat des gens éveillés

1 – Je n’accepte plus la compétition comme base de notre système, car j’ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l’immense majorité des perdants. Le système scolaire repose sur ce système de compétition, et c’est pour cela qu’il engendre des frustrations chez nos enfants.

2 – Je n’accepte pas d’être humilié ou exploité. Je refuse l’idéologie de la pyramide sociale qui me pousse à m’humilier ou à être exploité par mes supérieurs pour gravir les marches de la pyramide, élévation qui ne peut se faire que dans l’humiliation et l’exploitation de celui qui m’est inférieur socialement.

3 – Je n’accepte pas l’exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je ne considère pas que la prise en charge de la société à ses limites. Et je ne veux plus être de ceux qui se donnent bonne conscience en donnant à une association pour traiter le symptôme de la pauvreté et de la détresse sociale. Je veux être de ceux qui essayent de réfléchir aux causes du problème, qui alertent sur ces causes et traitent ces causes lorsque je le peux.

4 – Je n’accepte pas de rémunérer les banques pour qu’elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu’elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront a dévaliser les pays pauvres, ce que j’accepte implicitement). J’ai bien compris que le système bancaire reposait sur un système économique mensonger et je refuse d’y participer. Je n’accepte plus que ces banques prélèvent une forte commission pour me prêter de l’argent qui n’est autre que celui des autres clients. Je refuse aussi la disparition de l’argent liquide. Je réfléchis à une système de répartition des richesses pour un monde meilleur.

5 – Je n’accepte pas le gaspillage alimentaire engendré par la société de surconsommation. Je n’accepte pas que l’on congèle et que l’on jette des tonnes de nourriture pour ne pas que les cours s’écroulent, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et de permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année. Je souhaite une répartition harmonieuse des ressources, localement. Chacun doit pouvoir manger à sa faim.

6 – Je rejette l’hypocrisie des États, et notamment de la médecine en général, qui s’élève contre le suicide, mais qui acceptent que chaque homme soit tué lentement par l’ingestion ou l’inhalation de substances toxiques autorisées par les États soumis à l’industrie agro-alimentaire et aux laboratoires pharmaceutiques.

7 – Je n’accepte pas que l’on fasse la guerre pour faire régner la paix. J’ai bien compris que la guerre n’a jamais apporté la paix, ceci est une ruse qui n’a pour but que l’asservissement des peuples et l’enrichissement des élites. Je n’accepte pas qu’au nom de la paix, la première dépense des états soit le budget de la défense. Je n’accepte pas que des conflits soient créés artificiellement pour écouler les stocks d’armes et faire tourner l’économie mondiale.

8 – Je n’accepte pas l’hégémonie du pétrole dans notre économie, ni toute sorte de chantage à l’énergie. Et je suis d’accord pour encourager les recherches sur une énergie gratuite et illimitée. Je n’adhère pas à la propagande du système qu’une telle découverte pourrait nuire à l’humanité. Une telle découverte nuirait aux élites pédosatanistes, mais non à l’humanité.

9 – Le meurtre de son prochain est condamnable par la Loi de Dieu. Celui qui tue doit être condamné par la loi humaine et, s’il représente un danger pour autrui, il doit être retranché de la société afin de l’empêcher de nuire à nouveau. Et Dieu fera le reste. Aucun État, aucune loi humaine, ne doit se substituer à Dieu et demander la condamnation d’un meurtrier, au risque de devenir soi même un meurtrier.

10 – Je n’accepte plus que l’on divise l’opinion publique en créant des partis de droite et de gauche, partis dits de l’opposition, qui ne font qu’opposer le peuple au peuple. Ces partis dits d’opposition, de droite de gauche, républicains ou démocrates, font semblant de se combattre entre eux pour me donner l’impression de faire avancer le système. J’ai bien compris que le système politique est un système corrompu rempli d’acteurs qui se mettent en scène. Ces « politiciens » n’ont pour seul but que le détournement de l’attention de la cause en montrant, justement, les symptômes. Leur second but est provoquer la division en permettant à ma colère de se focaliser sur un ennemi tout désigné.

11 – Je n’accepte pas que le pouvoir de façonner l’opinion publique, jadis détenu par les religions, soit aujourd’hui aux mains d’affairistes non élus démocratiquement et totalement libres de contrôler les états, car je suis convaincu qu’ils feront de ce pouvoir de contrôle un outil d’asservissement des peuples.

12 – Je n’accepte pas l’idée que le bonheur se résume au confort, l’amour au sexe, et la liberté à l’assouvissement de tous les désirs. Je rejette la société du divertissement qui empêche la réflexion et la propagande publicitaire qui me dicte ce que je dois penser et consommer. J’ai bien compris que la surconsommation ne sert qu’à remplir imparfaitement le vide de Dieu en moi et à participer au manifeste luciférien qui me fait croire qu’un bon citoyen est un bon consommateur qui participe au bon fonctionnement de l’économie mondiale.

13 – Je n’accepte pas que la valeur d’une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, qu’on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité, et qu’on l’exclue du système si elle n’est plus assez productive. Je rejette la société du paraître et de l’avoir avant l’être.

14 – Je n’accepte pas que l’on paie grassement les joueurs de football ou des acteurs, alors que les salaires de ceux qui instruisent nos enfants ou nous soignent sont bas. C’est un non-sens total.  

15 – Je n’accepte pas que l’on mette au banc de la société les personnes âgées dont le rôle est la transmission des valeurs humaines mais que l’on préfère museler. En effet, nous savons que l’expérience se partage et se transmet, ce qui permet de profiter à l’humanité entière et de faire grandir le savoir.  

16 – Je me refuse de regarder les chaînes d’informations en continu car je ne veux plus que mon esprit soit pollué par toutes les nouvelles négatives et terrifiantes (et souvent mensongères) que ces chaînes présentent en boucle au téléspectateur. Je rejette toute propagande médiatique en décidant de faire mes proches recherches. Je refuse cette propagande médiatique qui me maintient dans la peur et m’empêche de voir les vérités. J’ai compris que la peur ne permet pas la réflexion intelligente. 

17 – Je n’accepte pas que les industriels, militaires et politiciens se réunissent régulièrement pour prendre, sans concerter les peuples, des décisions qui engagent l’avenir de la vie et de la planète. Je veux que toutes décisions importantes soient prises par le peuple par référendum, car j’ai compris que le peuple est la voix de Dieu.

18 – Je refuse de consommer de la viande bovine traitée aux hormones sans qu’on me le signale explicitement. Je bannis les produits transformés et ultratransformés de l’industrie agroalimentaire de mon assiette le plus possible, et je me tourne vers une agriculture raisonnée et une production locale. Je n’accepte pas que la culture des OGM se répande dans le monde entier, permettant ainsi aux gros bonnets de l’agroalimentaire de breveter le vivant, d’engranger des dividendes conséquents et de tenir les peuples sous leur joug l’agriculture mondiale. Je prends consciences de toutes les substances toxiques qu’ils introduisent dans les aliments ou qu’ils pulvérisent dans les champs pour augmenter les productions agricoles. De la même manière, je refuse de devenir un OGM en m’injectant ou en ingurgitant ou en respirant ou en étant en contact avec des substances qui peuvent modifier mon ADN. 

19 – Je n’accepte pas que les banques internationales prêtent de l’argent aux pays souhaitant s’armer et se battre, ni que ces mêmes banquiers choisissent quel pays sera en guerre et qui lui fera la guerre. Je suis conscient que le but de ces gros bonnets de la finance internationale est leur propre enrichissement. Ils provoquent des conflits qu’ils font durer pour vendre des armes, piller les ressources des pays en guerre.

20 – Je n’accepte pas que les multinationales s’abstiennent d’appliquer les progrès sociaux de l’Occident dans les pays défavorisés, et qu’elles s’approprient les ressources de ces pays pour leurs profits. Je ne cautionne pas le fait que personne ne s’érige contre les lois de ces pays qui permettent de faire travailler les enfants, d’autant plus dans des conditions précaires et inhumaines. Et parce que je ne cautionne ces pratiques, je ferai de mon mieux pour ne plus acheter ni consommer des produits issus d’un tel commerce, afin d’obliger les grands industriels à cesser cet esclavagisme et à donner aux parents ouvriers un salaire convenable pour nourrir leur famille et permettre aux enfants d’aller à l’école. 

21 – Je n’accepte pas que les hommes politiques puissent être d’une honnêteté douteuse et parfois même corrompus. Tout homme politique qui a des responsabilité envers la nation et qui est élu par le peuple doit être intègre et non corrompu. L’homme politique doit être au service du peuple et non l’inverse.  

22 – Je n’accepte pas que les laboratoires pharmaceutiques et les industriels de l’agroalimentaire vendent aux nations dirigées par des hommes politiques corrompus des produits périmés ou utilisent des substances cancérigènes interdites. Je n’accepte plus la corruption mondiale des laboratoires pharmaceutiques.

23 – J’accepte que le reste de la planète, c’est-à-dire quatre milliards d’individus, puisse penser différemment et avoir d’autres cultures que nous. Je refuse le mondialisme (qui sous-entend la dissolution des cultures), mais je sais que les hommes doivent échanger des savoirs pour le bien de l’humanité entière. Chaque nation devrait avoir le droit de garder ses racines et ses coutumes. Aucune nation devrait être contrainte de perdre ses racines culturelles

24 – Je refuse toute l’idéologie manichéenne qui consiste à dire qu’il n’y a que deux possibilités dans la nature, chasser ou être chassé, être un prédateur ou une proie. L’homme est un être complexe doué d’intelligence et de raison, il ne doit ni être une proie ni être un prédateur, il doit s’inscrire dans le respect de la nature et de son prochain.

25 – Je n’accepte pas de considérer l’histoire de notre pays comme une suite ininterrompue de conflits, de conspirations politiques et de volontés hégémoniques. Notre histoire commune doit être considérée dans sa vérité et non en réécriture. De la même manière que je rejette ce point de vue, je rejette ceux qui imposent ce point de vue en m’obligeant à croire qu’ils sont les sauveurs de l’humanité et que leur seul but est de nous apporter le bonheur et la liberté.  

26 – Je refuse d’accepter sans réfléchir toutes les théories présentées comme vérités pour expliquer le mystère de nos origines. Je ne peux concevoir l’idée que la nature ait pu mettre des millions d’années pour concevoir un être humain dont le seul passe-temps serait la destruction de sa propre espèce.

27 – Je n’accepte pas la recherche du profit comme but suprême de l’Humanité, et l’accumulation des richesses comme l’accomplissement de la vie humaine. Je remets l’être avant l’avoir.

28 – Je n’accepte pas la destruction des forêts, la quasi-disparition des poissons de rivières et de nos océans. Je n’accepte pas l’augmentation de la pollution industrielle et la dispersion de poisons chimiques et d’éléments radioactifs dans la nature. Je n’accepte pas l’utilisation de toutes sortes d’additifs chimiques dans mon alimentation. Tout comme je n’accepte pas la pollution industrielle, je refuse la dictature écologique qui me fait croire que je suis responsable de l’état de la planète.

29 – Je n’accepte pas la guerre économique sévissant sur la planète, car je sais qu’elle nous mène vers une catastrophe sans précédent. Cette guerre n’est pas la mienne, je ne peux l’arrêter mais je refuse d’y prendre part.

30 – Je n’accepte pas cette situation d’asservissement par une élite mondiale, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas y participer et m’y opposer.

31 – Je n’accepte pas d’être traité comme du bétail, de n’être un numéro parmi tant d’autre, ne perdre mon individualité et donc de me fondre dans la masse.

32 – Je n’accepte pas que l’on m’impose une pensée unique ou que l’on m’empêche de me poser des questions en m’enfermant dans le divertissement ou en m’occupant, en m’ôtant du temps par des tâches inutiles. Je m’élèverai toujours de cette soumission en osant me poser des questions, en osant me documenter par moi-même, en m’opposant aux diktats médiatiques. 

33 – J’accepte donc, en mon âme et conscience et définitivement, de quitter cette triste matrice que l’élite mondialiste a placé devant mes yeux pour m’empêcher de voir la réalité des choses. Je décide de relever la tête, de sortir de la matrice et d’être libre.  

33 propositions, nombre ô combien symbolique. La seule chose que je vous demande, c’est de réfléchir. Faites vos recherches, ne soyez plus des moutons. Osez sortir de la matrice. Osez sortir des mensonges du monde. Osez la Vérité, osez la liberté, osez la foi. Seule la foi vous rendra libres. La paix se trouve dans le Plan de Dieu qui est un plan d’amour, et finalement très simple à suivre. Il suffit d’aimer Dieu, d’aimer sa Création (et donc de vous aimer), d’aimer son prochain, et donc de faire le bien autour de soi. Croyez en la miséricorde de Jésus-Christ. Courage, persévérance, bienveillance, charité. Que le Seigneur vous garde. 

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin 

Laisser un commentaire

error: Halte au copié collé