Briser le mensonge

Nous avons vu, dans l’article précédent de cette série de définitions, que le mensonge est la rupture avec le principe de Vie qui est Jésus-Christ et que ce principe de Vie est la Vérité.

La question que nous allons nous poser est la suivante : comment revenir à la vie et donc rétablir la liaison avec le principe de Vie lorsque l’on a été touché par le venin du mensonge ?  

En Proverbes 5:22-23, nous lisons : « Le méchant sera saisi par ses iniquités, il sera pris par le filet de son péché. Il mourra pour n’avoir pas voulu de discipline, il ira errant par l’excès de sa folie. »

Le méchant mourra, car il sera pris dans le filet du mensonge, qui est le péché. Tout péché est mensonge, car tout péché est un rejet de Dieu. Il est noté que ce méchant mourra, et pourtant, il errera par l’excès de la folie. Ce qui montre bien que la mort, telle que définie par la Bible, n’est pas la mort du corps, mais l’extinction de l’esprit, l’emprise du corps et donc des sens. C’est l’esprit qui s’éteint et l’ego qui prend sa place. Alors pour Dieu, ce corps qui se bouge et devient un errant sur la surface de la Terre à la recherche de plus d’avoir, est mort. Il est un pécheur, et Dieu a en abomination les pécheurs.

Comment briser le filet du mensonge et revenir à la vie ?

En Luc 4:18-21, nous lisons : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour publier aux captifs la liberté et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés et pour publier l’année favorable du Seigneur. Et ayant replié le livre, et l’ayant rendu au serviteur, il s’assit, et les yeux de tous, dans la synagogue, étaient fixés sur lui. Et il commença à leur dire : Aujourd’hui est accomplie cette parole de l’Écriture, et vous l’entendez. »

Pour le contexte, Jésus lit un passage d’Ésaïe à la synagogue, un passage prophétique qui décrit exactement l’œuvre du Christ, du Messie. Jésus-Christ est venu réparer ce qui est cassé (c’est la miséricorde de Dieu), libérer les captifs du péché (le mensonge). Comment ? En instaurant la « sainte cène » pour briser les liens du mensonge. Mais elle a été comprise « religieusement » et non spirituellement. La Cène symbolise la Pâque juive, qui elle-même symbolise la sortie des Hébreux de l’Égypte, donc la délivrance des Hébreux de l’esprit du mensonge de l’avoir avant l’être (esprit de Mammon). En Égypte, le peuple était esclave du péché, esclave de l’avoir. Il n’était plus dans l’être. Dieu les a ramenés à la Vie.

Cette sortie d’Égypte par le peuple Hébreux, cette délivrance, est appelée Seder en hébreu.

Cette cène est hautement symbolique, elle sous-entend l’acceptation totale du Verbe, la Parole de Vie. Elle symbolise l’acception de Jésus-Christ comme son Sauveur et son Seigneur, afin de revenir à la vie.

Cet évènement préfigurait l’œuvre du Christ. Par l’instauration de la « sainte cène » à la Pâque, Jésus nous montre comment sortir du mensonge du monde, sortir de l’avoir pour libérer l’esprit et devenir l’être humain créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Jésus-Christ a réalisé la délivrance du peuple, le seder, la Pâque, de l’Ancien Testament.

 

Marie d’Ange

 

Pour visionner la vidéo de cet article

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

error: Halte au copié collé